eto o philipp pleinLe t shirt philipp plein homme 2016 dernier empereur

philippe plein jeans,,
philipp plein tshirts,,Le dernier empereur,
philipp plein turkey,,
philipp plein son,

Le dernier empereur

La silhouette frêle de Huang Yong Ping ne trahit guère son penchant pour le monumental. L’artiste sino-français,chaussure philipp plein basse, qui orchestre jusqu’au 18 juin sa Monumenta au Grand Palais, à Paris,Le dernier empereur, n’aime pas les petits objets et autres colifichets. Son échelle est celle du réel. Démesurée, forcément. Spectaculaire,Le dernier empereur, fatalement. Mais pas boursouflée pour autant. Ses installations ne sont pas de vaniteuses démonstrations de force, elles se veulent des fables philosophiques, matières à réflexion sur l’état du monde. Un pont entre Orient et Occident Arrivé à Paris pour participer à l’exposition « Magiciens de la Terre » au Centre Pompidou en 1989, Huang Yong Ping s’est vu contraint d’y rester après les événements de la place Tiananmen. « J’avais en tout et pour tout deux valises, raconte-t-il. Je pensais rester un mois. » Au bout d’un an, il fera venir son épouse, l’artiste Shen Yuan. Le couple vit depuis à Ivry-sur-Seine,polo homme philipp plein,Le dernier empereur, où les a rejoints une petite communauté ­d’exilés chinois. L’univers de Huang Yong Ping emprunte aussi bien à la Chine, où il avait fondé le mouvement Xiamen Dada, qu’à la France, où il a posé ses bagages. ­Inspirée de récits mythiques et pétrie de French Theory,Le dernier empereur, son œuvre jette un pont entre Orient et Occident,philipp plein fr, joue de nos fascinations et de nos peurs. Qu’il imagine une arche de Noé,Le dernier empereur, la fin du monde ou une réplique d’un avion espion américain, Huang Yong Ping travaille grandeur nature. « Il ne représente pas, il présente », résume Jean de Loisy, commissaire de Monumenta et président du Palais de Tokyo. Les proportions du Grand Palais ne l’intimident guère. Avec un brin d’irrévérence,t shirt philipp plein rouge, il a transformé le fleuron de la révolution industrielle en paysage post-industriel. Le visiteur est, d’entrée de jeu, confronté à une falaise de conteneurs colorés surmontée du squelette d’un serpent métallique de 250 mètres de longueur. Plus loin, un bicorne se réfère à l’Empire napoléonien et, par extension, à d’autres impérialismes, politique ou économique. Chez Huang Yong Ping, tout est ambivalent. Le serpent est à la fois menaçant et résilient. Précedent 1/11 Suivant Installé en France depuis 1989, l’artiste chinois Huang Yong Ping opte pour la démesure. Plusieurs de ses créations ont déjà fait date : les colonnes perçant le toit du pavillon français à la Biennale de Venise (1999) ou, plus récemment, le « Serpent d’océan », squelette de métal échoué près de Saint-Nazaire (2012). JACKY NAEGELEN / REUTERS › Accéder au portfolio La figure napoléonienne est à double tranchant. « J’aime quand il y a de la complexité, insiste l’artiste. Staline ou Hitler, on sait quoi en penser. ­Napoléon est plus controversé. Il a fait la guerre, mais a aussi changé le monde. » Avant de passer son tour. Le couvre-chef sans tête vient rappeler que la chefferie n’a qu’un temps. La noria des leaders, le capitalisme effréné qui a gagné la Chine,Le dernier empereur,shark philipp plein, les violences de la mondialisation, Huang Yong Ping les observe en maître Yoda,Le dernier empereur, avec juste ce qu’il faut de lucidité et de hauteur. « Je ne porte pas de jugement critique ou moral. Rien n’est mauvais ni bon. C’est une réalité, il faut faire avec, déclare-­t-il,veste philipp plein, placide. Une mutation,Le dernier empereur, c’est toujours passionnant. » Lui-même a l’âme d’un mutant. Quand on lui demande s’il se voit vivre à nouveau en Chine, il sourit : « Je n’ai ni projet ni idée pour l’avenir, je suis le mouvement,pull a capuche philipp plein, je m’adapte. Je suis comme le serpent, dont on ne sait jamais quel chemin il va prendre. » Lire aussi :   La folie des grandeurs du monde au cœur de Monumenta 2016 « Empires » de Huang Yong Ping, Grand Palais, 3, av. du Général-Eisenhower, Paris 8e jusqu’au 18 juin. www.grandpalais.fr Roxana Azimi Journaliste au Monde